L’équipe

Elles et ils sont de passage, passés, ou simplement là …

Sophie Quénon,

Artistes chorégraphiques associés (danseurs et ou chorégraphes) :
Wu Zheng, Cécilia Emmenegger, Sébastien Laurent, Matthieu Coulon, Vincent Morelle,
Serge Ricci, Samuel Watts

Autres collaborateurs :
Yohann Allex, Guylaine CosseronFrançois BaconAleksandra Ruszkiewicz, Didier Préaudat, Ettore LabbateOlivia Gay,
Maryk Le HèneGaël L.

Sophie Quénon

Sophie Ester Après un apprentissage en danse classique, s’oriente vers la danse contemporaine avec le sentiment d’être «chez soi»: moins d’images, plus d’intimité dans le corps et dans la pensée.

Formée par Christian Taulelle en classique et principalement Peter Goss en contemporain. Interprète au sein du CCN de Nevers (Anne-Marie Reynaud), pour Philippe Decouflé (J.O d’Albertville) et diverses compagnies de théâtre (Théâtre de l’Astrakan / Médéric Legros, Théâtre Mégapobec / Jean Pierre Brière…). Rencontre l’improvisation avec Steve Paxton, Lisa Nelson et Simone Forti en 1998. Poursuit cette recherche avec Julyen Hamilton, Patricia Kuypers, Joao Fiadeiro.En 2009, elle croise Daniel Dobbels, c’est bien.

Elle créée la Cie dernier soupir avec Larbi benBelkacem en 2002.

Titulaire du diplôme d’état, praticienne Feldenkrais et Analyste fonctionnelle du corps dans le mouvement dansé, elle poursuit parallèlement un travail de pédagogue. A la recherche d’outils d’analyse du monde et des individus qui le composent, elle se sent nomade, quittant un territoire pour l’exploration d’un autre, sans cesse avec la pensée du mouvement. En tant que chorégraphe, elle souhaite développer un travail autour de l’émotion, porté par l’inscription de l’individu dans sa relation au monde.

Je cherche et parfois je trouve…

Haut de page

Wu ZHENG Danseur

wuzhengDe 1984 à 1998, il se forme à l’école professionnelle de l’Académie de Danse de Pékin puis devient le danseur principal dans la Cie « Chemin de Fer », une des plus grandes compagnies chinoises. Il intègre l’Ecole Internationale de Danse Serge Alzetta à Nice puis achève sa formation au Centre National de Danse Contemporaine à Angers.
Il a travaillé pour la Cie Montalvo-Hervieu au CCN de Créteil, pour la Cie Patrick Le Doaré, pour Françoise et Dominique Dupuy, pour Anne-Marie Reynaud, pour Carolyn Carlson (création « Tigers in the Tea House »).

Il chorégraphie et interprète « Lotus Bleu » pour le Concours International de Danse de Paris (Grand Prix pour l’interprétation 1998), « Follow » pour le Festival de Danse de Venise 2002, « Zhen-G-rare Danse Project » et les créations « Fugitives » et « sept morceaux » avec le musicien Joël Grare. Ses derniers projets sont « Extrait de Sacre du Printemps de Nijinski » remonté par Dominique Brun et « Wu wu wu », création de Dominique Dupuy. Après l’obtention du DE en 2003, il enseigne le maniement du « Bâton » / méthode Pilates à l’université Paris 13. Depuis 5 ans, il anime des stages d’été au sein de l’association du grand Béon. Il enseigne également auprès du CCN de Roubaix Carolyn Carlson et du Théâtre National de Chaillot, des IUFM, des écoles primaires et des lycées.

Haut de page

Cécilia EMMENEGGER Danseuse

ceciliaCécilia commence la danse contemporaine au lycée Louis Liard de Falaise (14). Elle intègre ensuite la formation pré professionnelle du Conservatoire National de Région de Caen puis obtient son Diplôme d’Études Chorégraphiques. Elle obtient son Diplôme d’État en octobre 2010.
Depuis quatre ans, elle se lance dans l’aventure du contact improvisation. Au gré des villes et des rencontres, elle se forme, notamment auprès de Patricia Kuypers avec qui elle découvre l’essence de cette pratique. Au fil des Jams (sessions collectives de contact improvisation), elle prend conscience de la nécessité de cette discipline et la pratique régulièrement. Depuis 2007, elle travaille avec dernier soupir et régulièrement avec la compagnie Ecorpsabulle.

Haut de page

Sébastien LAURENT Danseur et photographe

Sébastien Laurent

Chorégraphe de la cie Moi Peau

Danseur interprète dans les compagnies de Tomeo Vergès (cie Man Drake), Nathalie Pernette, Jean-Claude Gallotta, Laura Simi et Damiano Foa (cie Silenda), Christiane Blaise, Heddy Maalem, Frédéric Deslias (cie Le Clair-Obscur), cie Sans Soucis (théâtre d’objet).
Photographe : Magazine « Réponses Photo » (Nouveau Regard). Magazine « Travail et Sécurité » Revue « Actes de la Recherche en sciences sociales » Affiche du Théâtre de la Ville de Paris Programmes et affiches de théâtres, presse (spectacles de danse)

Expositions : « Le Sourire », Besançon 2014, Falaise 2012. « Bestial », Centre Chorégraphique National de Caen / Basse Normandie, 2009.
Concours : Lauréat des Prix « Ilford Noir et Blanc », « Kodak dotation tri-x », « Réponses Photo -stage à Arles ».

Son site : http://www.ciemoipeau.com/

Haut de page

Matthieu COULON Danseur

matthieucoulonAprès un Baccalauréat Série L (Option cinéma-audiovisuel) au Mans, Matthieu Coulon poursuit un Master 1 en Arts du Spectacle Cinéma à l’Université de Caen. Sportif de haut niveau au SUAPS de l’Université, il rencontre la danse et se forme avec Michèle Latini, Sylvie Kukla, Claude Béatrix, Laurence Guilleux. De nombreux stages jalonnent son apprentissage et multiplient ses expériences : Vincent Dupont & Myriam Lebreton, stage de roue allemande avec Tanguy Simmonneaux, Samuel Lefeuvre & Raphaëlle Latini, Eléonore Valère. Stage sur la transmission du répertoire de Anne Teresa de Keersmaeker – Rosas Danst Rosas – avec Anne Mousselet, . Depuis 2008, il travaille pour la Cie AlleRetour. Il travaille également pour la compagnie Chantier 21 (Antonin Ménard), la Cie Clash (Claude Béatrix). Il rejoint la Cie dernier soupir sur la création Traces, nos écritures en mai 2010.

Haut de page

Vincent MORELLE Danseur

vincentmorelleAprès le Centre National de Danse Contemporaine d’Angers en 2003, il travaille plusieurs années à Montréal pour Nadine Thouin, Pierre Paul Savoie, André Gingras, Daniel Léveillé, Mia Maure danse et Catherine Gaudet. De retour en Europe, il intègre en Belgique la compagnie Ultima Vez, puis part vivre aux Pays-Bas où il travaille pour les chorégraphes André Gingras, Dave Saint-Pierre et Keren Lévi. Après avoir dansé et donné des stages au Canada, aux Etats-Unis, au Mexique, en Allemagne, en Belgique et aux Pays-Bas, Vincent Morelle travaille maintenant en France. Il a fondé en 2010 sa compagnie : Condition Zéro. Il a signé en tant que chorégraphe « Chair Homme » en collaboration avec Jonathan Fortin puis « EliPtiK » avec la chorégraphe mexicaine Lucia Mendoza.

Son site : http://www.conditionzero.fr/

Haut de page

Samuel WATTS Danseur

Samuel WATTSFormé à l’École Municipale de Danse de Clermont-Ferrand puis au Conservatoire à Rayonnement Régional du Grand Avignon, il s’inscrit à l’Université du Sud Toulon Var pour la Licence Pratiques Multimédia, Instrumentales, Chorégraphiques et Théâtrales. Il complète sa formation à l’École Nationale Supérieure de Danse de Marseille (Jean-Christophe Paré ) et durant un stage de formation à KLAP, maison pour la danse – Kelemenis & Cie (Michel Keleminis). Il rencontre plusieurs chorégraphes lors de ces formations et participe à des projets de création. Son expérience professionnelle se complète à travers différents projets : SHANGHAI BOLERO avec la Compagnie Didier THÉRON ( Zagreb Dance Week Festival 2012 – Mouvements sur la Ville Montpellier 2012), GUSTATION – théâtre culinaire avec Christian DUPONT (Théâtre de L’Épée de Bois), PRET-A BAISER – Compagnie Olivier DUBOIS (Festival Antigel 2013 – Musée de l’Ariana de Genève). E. #001 et GOLD en s’essayant chorégraphe pour les Cartes Blanches à KLAP Maison pour la Danse – Marseille

Haut de page

Yohann ALLEX Compositeur

yohannDécouvre le théâtre en 2000 par le biais de la musique qu’il pratique déjà professionnellement au sein de plusieurs groupes lyonnais. Il est multi instrumentiste et chanteur. Il est créateur son pour la compagnie RICTUS dirigée par David BOBÉE sur les spectacles RN13, Dedans dehors David, ainsi que la compagnie circassienne amiénoise BIS REPETITA dont il est co-fondateur, et la compagnie PROJET LIBÉRAL dirigée par Thomas FERRAND. Yohann ALLEX est également comédien pour ces mêmes compagnies. Au niveau musical, il est batteur de la « confédération du bricolage » et arrangeur pour le groupe « h ».

Haut de page

Guylaine COSSERON Vocaliste

guylaine1.1Médaillée d’or au conservatoire de jazz de Basse-Normandie, elle débute dans diverses formations jazz classique, moderne ou métissées avec des musiques ethniques. Fan des “Four Walls », Guylaine Cosseron monte son propre quartet en 2002 ”Le Jaseur de Bohême”, délibérément sans basse et alliant compositions originales et improvisations libres. Membre du groupe vocal “Les Grandes Gueules “ depuis 2004, elle développe un vocabulaire sonore très riche et un langage imaginaire plus libre grâce aussi à de nombreuses rencontres telles que Laurent Dehors, Médéric Collignon, Louis Sclavis, Lucia Recio, Phil Minton, Jean-Luc Guionnet ou Joëlle Léandre.
A partir de 2005, elle décide de ne se consacrer qu’à la musique improvisée, en duo avec les anglais Phil Minton (voix) et John Russell (guitare), avec Camel Zekri (Altersoniq Orchestra), ainsi qu’avec Xavier Charles (clarinette) et Frédéric Blondy (piano), en trio avec Sophie Agnel (cordaphone) et Soizic Lebrat (violoncelle), en solo (« 24h Solo de Sête », festival des « musiques Exploratrices » à Crest, festival  » la voix est libre « aux Bouffes du Nord à Paris avec Cécile Duval (comédienne du Théâtre d’or), « Musiques libres » à Besançon , l’Exploratorium à Berlin, « musique de création » au Canada…).

Son site : http://www.guylainecosseron.com/

Haut de page

Serge RICCI Performer, danseur, chorégraphe

sergericciAprès une formation chez Rosella Hightower à Cannes, tout en poursuivant une carrière d’interprète dans diverses compagnies, il mène une recherche sur différentes techniques corporelles (Alexander, Body Mind Centering) mais c’est surtout vers la technique Feldenkrais qu’il s’oriente. Cette pratique lui a permis de rénover avec le corps intuitif et de développer une approche différente du mouvement dansé toujours guidée par un sens du partage. Ces recherches lui ont donné la possibilité de cultiver une maîtrise du corps qui est devenue sa préoccupation en matière d’enseignement et de chorégraphie.
Serge Ricci est également le chorégraphe de la Cie mi-octobre.
Son site :  http://www.mi-octobre.com/

Haut de page

François BACON Régisseur Lumières

françois

 

 

Haut de page

Aleksandra RUSZKIEWICZ Plasticienne

Aleksandra1Sculptures, installations, suspensions, mirages…
Le travail d’Aleksandra Ruszkiewicz semble parfois tenir de la magie : suspendus dans les airs, une multitude de matériaux créent des formes, dessinent des objets, ondulent en de légers mouvements. Un travail tout en fragilité et en suspension qui questionne la présence au monde de chacun et l’incidence d’une interaction avec son environnement.

« (…) Je n’ai pas le désir de maîtriser (au sens de dominer) la matière. L’ensemble reste très fragile (c’est d’ailleurs cette fragilité qui devient la force de ce travail). C’est une tentative de rendre visible l’apparition de l’impalpable.»
Après les études d’arts plastiques à Łódź, en Pologne, le DNSEP aux Beaux-Arts de Lorient puis DEA Histoire et Critique des Arts à UHB Rennes 2 − Aleksandra Ruszkiewicz enseigne à l’EESAB site de Lorient et aux Beaux-Arts de Saint-Brieuc.

Plus d’infos :

http://www.caisseepargne-art-contemporain.fr/aleksandra-ruszkiewicz_34.php

Haut de page

Didier PREAUDAT Scénographe / mise en espace sonore du projet et lumières

didierpreaudatCréateur multiple, il commence à exercer son savoir-faire au théâtre après une formation à la scénographie et aux métiers de la scène à la Comédie de Caen, Centre National Dramatique. En qualité de scénographe-éclairagiste., il participe à de nombreuses créations de textes contemporains : œuvres de Daniel Besnehard, Jean-Luc Lagarce, Eugène Duriff, Michel Deutsch, Enzo Corman, Grégory Motton, Michel Vinaver, Marguerite Duras, Edward Bond. Il travaille en collaboration avec Jean-Pierre Brière, Marie Crouail, Eric Louviot, Médéric Legros, Laurent Georjin, Sophie Rappeneau, René Paréja, sur des réalisations du Théâtre Méga Pobec (Évreux), Polaroïd théâtre (Rouen), Théâtre de l’Astrakan (Caen), Tanit Théâtre (Lisieux), Nord Ouest Théâtre (Caen).
Depuis 2003, il explore l’aire du jeu théâtral par la conception et la construction d’espaces sonores.

Haut de page

Ettore LABBATE Auteur

Ettore LabbateEttore Labbate est docteur ès Lettres en Langues et Littératures Romanes (thèse sur le poète baroque italien Giacomo Lubrano à l’Université de Caen Basse-Normandie, où il est actuellement chercheur au sein du L.A.S.L.A.R – ‘Lettres, Arts du Spectacle, Langues Romanes’). Il consacre sa recherche à la littérature (notamment à la poésie baroque et contemporaine italienne) par une approche comparée et pluridisciplinaire. Il est également traducteur (traductions françaises de Giacomo Lubrano, Antonia Pozzi, Cosimo Ortesta) et écrivain (« Géographie » est son dernier recueil poétique).

Haut de page

Olivia GAY Photographe :

oliviagayPhotographe auteur depuis 1998, Olivia Gay mène une recherche sur la construction sociale de l’identité féminine au sein de divers groupes, et plus essentiellement dans le monde du travail : postures, gestuelles, mises en scènes et enjeu du corps féminin à l’usine, dans l’atelier de dentelle, au supermarché, et prochainement chez des femmes paysannes de Basse-Normandie (Allocation recherche CNAP 2009).
Au cours de l’année 2008, et grâce à l’obtention d’une aide individuelle à la création de la DRAC Basse-Normandie, elle s’est rendue une fois par semaine chez Coffretpack, une petite usine de cartonnage à L’Aigle, pour y photographier les ouvrières à leur poste de travail.
Les projets photographiques au Collège Dolto et à La Corne d’Or (2009-2010) sont la continuité de ses recherches visuelles sur la cartographie des corps, plus précisément sur le langage du corps. En s’intéressant à l’individu au sein de ces structures, elle cherche à montrer la construction sociale des corps et les relations humaines mises en scènes et en jeu dans la société contemporaine.
Son objectif à long terme est de construire une identité visuelle du territoire rural ornais, en vue, comme elle l’écrit, de « retrouver l’unité perdue, le moi profond, sous les couches successives dont les a recouverts l’habitude ». (Marcel Proust, Le Temps Retrouvé).

Son site :  http://www.oliviagay.com/artwork.htm

Haut de page

Maryk LE HENE  Auteure

maryklehenePetite, Maryk Le Hène, voulait devenir écrivain. Depuis trente et un ans, elle anime des ateliers d’écriture afin de « libérer les alphabets » et favoriser la reconnaissance mutuelle de nos flux de pensée. Elle se définit comme une « exploratrice polymorphe ». Longtemps elle a écrit des nouvelles et des monologues de théâtre, peut-être par fidélité à l’oralité de ses racines. La sexualité comme occasion de s’incarner, la sémantique pondérale, la pensée de Louis Massignon sont des thèmes qu’elle aborde actuellement. Elle a aussi un chantier d’écriture plus ample, baptisé « Entropie, courant d’ouest », dans lequel il s’agit d’y évoquer les humains, dans leur syncrétisme de temps et d’espaces multiples. Elle y note des sortes de méditations fantaisistes, d’où émergent les portraits de ceux qu’elle croise et dont le mystère vivant lui apparaît presque comme une charade métaphysique. « Quelles sont ces expériences d’enracinement dans l’espace, ou de migrations, d’errances, ces combinaisons de temps, ces charges d’autres vies, ailleurs, dans un lieu disparu, dans un temps révolu, dont celui ou celle que je contemple (parce que quelque chose en eux m’interrompt, capte mon attention, me fascine) semble le creuset, le melting-pot ? Chacun de nous se poste, momentanément, à la croisée des temps et des espaces, et quelque chose se métabolise, là, dans cette existence manifeste, telle qu’en elle-même… ».

Son site  : http://ecrire.etc.free.fr/

Haut de page

Gaël L. Graphiste

Gaël L.Gaël L. mène sa recherche sur les territoires de l’intime, de la sexualité à la folie, du plaisir à la douleur.
Lorsqu’il collabore avec d’autres compagnies (Le Clair Obscur, dernier soupir), c’est souvent en tant que développeur ou webdesigner.

Les projets de sa compagnie, en revanche, oublient souvent la technologie pour en revenir au corps.
Entre body art et poésie noire, ses créations mobilisent des éléments primaires (le sexe, le sang, la mort), pour construire des images chargées, et s’adresser directement aux couches les plus profondes de notre être.
Son site (photos, vidéos performances) : www.gael-l.com

 Haut de page