Et moi dans nos corps

ET MOI DANS NOS CORPS – Espace des Arts et Techniques de Randonnai

L’Espace des arts et techniques a développé en 2008/2009 un travail autour d’un thème fédérateur : l’écriture et le langage. Quelles formes d’écriture possibles ? Quels langages peut-on établir ? Pour dire quoi ? Pour communiquer comment ?… Autant de problématiques importantes lorsqu’on s’intéresse au handicap mental ; autant de problématiques importantes lorsqu’on a pour dessein d’aller vers l’intégration.

Du 19 au 24 octobre 2008, la Cie Dernier Soupir a été accueillie à l’espace des arts et techniques en résidence de création et pour animer des ateliers de sensibilisation à la danse contemporaine avec les personnes du foyer occupationnel. Avec le soutien de l’Office départemental de la culture de l’Orne, nous avons pu recevoir du public pour assister à un spectacle le 24 octobre. Le public a pu apprécier le dernier opus de la Cie : Traces…danser et dire.

Le domaine de la danse contemporaine a tout à fait sa place avec le public intéressé et s’inscrit dans le champ d’action proposé dans le cadre de cet atelier. Le corps est en lui-même un espace d’écriture et de communication, un espace d’échange. Avec le corps, les choses se disent avec une intensité différente, avec des sentiments variés. Avec le geste, un nouveau langage se crée, de nouvelles lignes de correspondance se dessinent.

Et moi dans nos corps # 1 – Juillet 2010

Suite au travail amorcé avec la résidence de création/médiation de la chorégraphe Sophie Quénon, puis de l’artiste photographe Olivia Gay sur le corps, ses postures, ses gestuelles, ses mises en scène et ses enjeux, l’équipe de l’Espace des arts et techniques a proposé à tous de s’interroger sur son rapport au corps et à sa position dans le paysage.

Paysage intérieur / identité, paysage extérieur / rapport au monde sont autant de pistes de réflexion pour chacun d’entre ceux qui participent au stage de pratiques artistiques. Emmenés par les trois artistes Sophie Quénon, chorégraphe, Maryk Le Hène, auteur et Olivia Gay photographe, les résidants de la Beaugeardière, les jeunes du centre de loisirs et leurs encadrants traveresnt les passerelles des domaines artistiques de la danse, de l’écriture et de la photographie pour nous transporter dans leur imaginaire.

Et moi dans nos corps #2 – Janvier 2011

Suite à la rencontre de l’été 2010, et afin de développer les recherches et construire de nouveaux ponts entre les disciplines artistiques, le deuxième volet d’Et moi dans nos corps se déroule en deux sessions d’ateliers en partenariat avec un lycée. Trois résidants de la Beaugeardière viennent rencontrer les jeunes du lycée. Il sera question lors de cette rencontre d’explorer deux univers : celui de l’écriture avec Maryk Le Hène et celui de la photographie avec Olivia Gay.

Lors de la deuxième session, les résidants et les lycéens (re)découvriront l’univers de la danse avec Sophie Quénon, photographié par Olivia Gay, avec en partie, l’attention portée sur les gestes professionnels (Tapissières et Métallurgie)..

 

Extraits du texte écrit par Maryk Le Hène lors de sa résidence de création/médiation 

« Bienvenue dans cette gravité du monde ! L’objectif cliquette ? Les uns glissent, frottement des tissus, des surfaces, des corps et des tatamis, du crayon trop sec sur le papier. […]

C’est l’heure de traquer les lignes, les arabesques, la calligraphie des corps. Où se dessine la lettre M en majuscule sur le corps de l’autre ? Où, cette apparition de la lettre initiale, vibration indifférenciée des premières lèvres du monde : mmmm ! Lecture enjouée, qui se cadre dans les petites focales. Puis on modèle cette lettre en volume, on ne la réduit pas à l’école de la ligne, on la laisse en trois dimensions, on la boudine en pâte à moduler, on en explore les angles, les directions, le potentiel de transformation dans l’espace. Et dans ces mains reliées, mouvantes, émouvantes, et mues ensemble, on récupère la conscience du stylo et la danse d’écrire.

M, la lettre fondatrice, celle de la vibration fondamentale, celle de l’aspiration à l’unité, la nécessaire pour homme et femme, celle de maman, qui va nous servir de premier repérage de la matière verbale : constitution de l’alphabet, structure du mot, organisation du son. O joie de se replonger dans le courant des mots, de s’entraider à revenir d’un orteil qui teste la température du flux des lettres. Des lettres aux mots, mais pas pour exclure, pas pour se distinguer, pour se relier, pour se différencier, pour redonner la différenciation dans le creuset commun. Jubilation de chercher, de se remettre en route, pour l’inextinguible surprise de la curiosité aux aguets. Nous sommes vivants, inépuisablement alphabétiques, vibrant de potentiels susceptibles de s’incarner, et par essence, provisoires autant qu’éternels : qui s’abstrairait de la conscience éphémère, qui échapperait à l’intermittence de l’éclair ?  »

Liens utiles :

http://www.lacornedor.fr
http://www.oliviagay.com/artwork.htm
http://ecrire.etc.free.fr/

Projet soutenu par la DRAC et la Région de Basse-Normandie, en partenariat avec l’espace des Arts et technique, le centre de loisirs de Randonnai  et le  lycée Napoléon  de l’Aigle.